COVID-19 Africa: Food Security & Women

“Assessing the response to the COVID-19 pandemic to food security in Burkina Faso and Senegal: Opportunities for reconfiguring gender inequality relations.”

Burkina Faso and Senegal have been affected early on by the pandemic and national authorities were forced to introduce restrictive measures (curfew, temporary closure of markets, borders, schools, etc.) to counter it. The context in these two countries is therefore appropriate to initiate this research project. Over time, the project aims to identify the most appropriate strategies and practices that can be adopted or used by decision-makers  to ensure more resilient food security systems when facing such pandemics.

The project will be implemented by CECI with a team of researchers from Canada, Burkina Faso and Senegal, using methodologies and research tools co-created together. The data will be collected through interviews and a participatory approach to co-create solutions that focus on empowering participants (women producer organizations, trade-transformative intermediaries, decision makers, other stakeholders, etc.).

The results will be validated with them and help define avenues of action for changes at the local, national and regional levels. Particular attention will be paid to the inclusion of marginalized people in all key stages of research.

Ultimately, the research will provide stakeholders with an in-depth understanding of these issues, and the results will help define and/or guide appropriate policies, strategies and response models (national and regional) relevant to food security, gender, and resilience, from the local to national level.

Le Burkina Faso et le Sénégal ont été touchés précocement par la pandémie et les autorités nationales ont été obligées d’instaurer des mesures restrictives (couvre-feu, fermeture temporaire des marchés, des frontières, écoles, etc.) pour la contrer. Le contexte dans ces deux pays s’apprête donc à la mise en œuvre de ce projet de recherche. À plus long terme, le projet vise à identifier des stratégies et des pratiques plus adaptées et utilisables par les décideurs-euses pour assurer des systèmes de SA plus résilients face aux chocs.

Le projet sera mis en œuvre par le CECI avec une équipe de chercheurs-euses du Canada, du Burkina et du Sénégal, et avec des méthodologies et des outils de recherche co-créés ensemble. Les données seront recueillies à travers des entrevues et une approche participative de co-création qui mise sur le renforcement du pouvoir des participant-e-s (organisations de femmes productrices, intermédiaires commerçantes- transformatrices, autres parties prenantes…), les résultats seront validés avec ces dernier-e-s et construit avec eux-elles des pistes d’action pour des changements au niveau local, national et régional. Une attention particulière sera portée à l’inclusion de personnes marginalisées dans toutes les étapes clés de la recherche.

À terme, la recherche permettra d’avoir une connaissance approfondie de ces enjeux par les parties prenantes, et les résultats aideront à définir et/ ou orienter les politiques, les stratégies et les modèles d’intervention adaptés (national et régional), en lien avec la SA, genre et résilience, aux niveaux national et régional.

About the project

Country/Province/Region /  Pays/Province/Région

Burkina-Faso : région des Hauts Bassins et région du Centre Sud Sénégal : région de Kolda et région de Saint-Louis

Project Duration / Durée du projet

October 1, 2020 – September 30, 2021

Partners / PartenaireS

  • Lead organization: Centre d’étude et de coopération internationale (CECI)
  • Brock University – Canada
  • École Nationale Supérieure d’Agriculture (ENSA) – SENEGAL
  • Centre d’Études, de Documentation et de recherches économiques et sociale (CEDRES) – BURKINA FASO

Funder / Financement

International Development Research Centre, Canada

Project Description / Description du projet

This collaborative research project aims to:

(i) analyze the relationship between Covid-19, the response measures to counter it, and the impact on food security (SA) of poor and vulnerable rural households in Senegal and Burkina Faso;

(ii) understand the degree of reconfiguration (negative or positive) of gender relations regarding food security, following the crisis and the measures put in place to resolve it;

(iii) examine the extent of disruptions in the transboundary trade of agricultural products which mainly involves poor women to help support food security of their families while encouraging the economic empowerment of women and their households.
—–

Ce projet de recherche collaborative vise à:

i) analyser les relations entre la Covid-19, les mesures de riposte pour la contrer, et les répercussions sur la sécurité alimentaire (SA) des ménages ruraux pauvres et vulnérables au Sénégal et au Burkina;

ii) comprendre le degré de reconfiguration (négative ou positive) des relations de genre en lien avec la sécurité alimentaire, suite à la crise et aux mesures mises en place pour la résorber;

iii) connaître l’étendue des perturbations des échanges transfrontaliers des produits agricoles impliquant les femmes pauvres, comme leviers de la SA, l’autonomisation économique des femmes et de leurs ménages.

Infoletters

Pillars of Food Security / Les piliers de la sécurité alimentaire

Written by: Liette Vasseur


Since the adoption of the United Nations Sustainable Development Goals (SDGs) in 2015, most countries have contributed, to various degrees, to the achievement of those goals. While all the goals are equally important, in developing countries such as in West Africa, the focus was mainly on the first SDGs: poverty reduction (SDG #1); food security (SDG #2); health (SDG #3) and education (SDG #4). Despite some positive progress, the year 2020 has shown us how rapidly everything be changed by an event that impacts the planet on a global scale: such as a pandemic, or more precisely, COVID-19. Since the onset of the pandemic, it has been mentioned several times that the SDGs are no longer being achieved at the same rate, and in fact, some may have actually regressed. This is especially true when it comes to goals surrounding poverty, food security, health, and education.

In this statement, I examine the various pillars of food security and how a pandemic, like COVID-19, can impact these pillars to make people more vulnerable — especially in developing countries. The pillars of food security include availability, access, stability, and utilisation. These pillars will be affected by several factors that are not always considered. For people in industrialised countries, for example, we do not often pay attention to these issues because the level of food security is generally higher than that of developing countries. It is only in times of crisis that we tend talk much more about this particular pillar. Here, we look at the various pillars and what they mean.

Availability represents food that comes either from local production or imports. Several countries, especially in the south, rely heavily on local production — in rural areas, mainly subsistence production — for food security. Unfortunately, annual climatic variation or plague infestations can greatly reduce this local availability and these countries must rely on imports to reduce insecurity (often coming in the form of humanitarian aid). Availability also includes factors such as the type of food and the balance of proteins, energy, and micronutrients (vitamins, for example) within that food. Receiving only grain from donors, for example, would probably not adequately be able to meet this availability.

Once available, access to food then becomes an important factor. Rural areas may not have the same access as those in urban areas, for example. Rural communities may have an advantage as production is local and mainly of subsistence. However, the intakes can be limited in terms of proteins or cereals, depending on the types of crops they grow. That means that access to other foods will therefore be required to meet healthy dietary demands for protein, energy, and microelements. In urban centres, access will depend on distribution centres. These can be in local or neighbourhood grocery stores, or in other specific centres depending on the type of distribution system or when instituted as part of an emergency management response during periods of food insecurity. Access is also dependent on a person’s economic status, their job, gender, and health conditions. People with disabilities who do not have a robust support system in place to assist them may face increased physical and sometimes economic barriers to access.

The stability of the food chain can become precarious at any level because it is so closely linked to the volatility of food prices and the stability of local and global markets. These two aspects can be affected by annual climatic variations, crop infestations, conflicts between countries, the influence of large corporations, and even food storage conditions. Therefore, availability and access can appear satisfactory at the global level, but for a developing country with limited resources, market stability can become too precarious to meet the needs of its communities — especially during a crisis. Food stability can also directly affect people at the personal level. Sudden increases in grocery prices can limit access to and availability of certain food items for people on a lower or fixed income. In these cases, it will often become necessary for people to buy cheaper foods that have the limited adequate nutrient intake required for a healthy diet.

Finally, utilisation is an often overlooked but essential pillar of food security. It includes, for example, the ability to safely store, preserve and prepare food. Without electricity, perishable food can be lost quickly. Without drinking water, it may not be possible to clean or cook food. In several countries, food is often expired before it becomes accessible to the population. This can increase the risk of food poisoning, reduce nutritional value, or lead to complete food wastage. It may also be possible that a person does not have enough energy to prepare the food, lacking the electricity or other heating source necessary to cook it. In least developed countries, low technologies for processing and storage lead to food wastage, further increasing food insecurity.

While it does encompass whether someone has the means to get to and buy nutritious food from the grocery store, it is clear that food security is even more complex that those elements alone. In many cases, food security is a daily struggle for survival that can require hours of work in the fields, walking to a distribution centre to obtain food, or having to process food to render it safe and edible. In some countries, such as West Africa, where water is not always available locally, this also requires walking several kilometres to fetch water — a task which is often done by women.

It is therefore important to rethink the fragility of our food system at the global and local level, especially when dealing with crises such as the current pandemic. Even in Canada, and especially in agricultural regions such as the Niagara region in Ontario and Montérégie in Quebec, we have realized the vulnerability of our agricultural production due to our strong dependence on southern countries for human resources. Food safety, therefore, is everyone’s business.

Écrit par: Liette Vasseur


Depuis l’adoption des objectifs du développement durable par les Nations Unies (ODD) en 2015, la majorité des pays contribuaient plus ou moins à l’achèvement des ceux-ci. Bien que tous les objectifs soient importants, dans les pays en voie de développement, comme en Afrique de l’Ouest, les emphases étaient surtout mises sur les premiers ODD soit de réduire la pauvreté (ODD #1), la sécurité alimentaire (ODD #2), la santé (ODD #3) et l’éducation (ODD #4).  Malgré certaines avancées qui dans certains cas étaient positives, l’année 2020 nous a démontré à quel point, tout peut changer rapidement avec un évènement qui peut affecter la planète globalement : une pandémie, plus précisément la COVID-19. Depuis, il a été mentionné à plusieurs reprises que les ODD n’avancent plus mais en fait les nombres suggèrent que certains auraient régressé et ce surtout quand on parle de la pauvreté, la sécurité alimentaire, la santé et l’éducation.

Dans cet énoncé, j’examine les divers piliers de la sécurité alimentaire et comment une pandémie comme la COVID-19 peut agir sur ces composantes pour rendre les populations plus vulnérables, surtout dans les pays en voie de développement. Les piliers de la sécurité alimentaire incluent la disponibilité, l’accès, la stabilité et l’utilisation. Ces piliers seront affectés par plusieurs facteurs qui ne sont pas toujours pris en considération. Pour les gens dans les pays industrialisés, on ne fait souvent pas attention à ces enjeux car le niveau de sécurité alimentaire est généralement supérieur que celui des pays en voie de développement. Ce n’est seulement en temps de crise que nous parlons beaucoup plus de cela. Ici, nous regardons les divers piliers et ce qu’ils veulent dire.

La disponibilité représente les aliments qui viennent soit de la production locale ou des importations. Plusieurs pays surtout dans le sud se basent en grande partie sur la production locale et principalement sur la production de subsistance, surtout en milieu rural, pour leur sécurité alimentaire.  Malheureusement, des variations climatiques annuelles ou des infestations de pestes peuvent réduire de beaucoup cette disponibilité locale et ces pays doivent compter sur les importations afin de réduire l’insécurité (souvent venant de l’aide humanitaire). Mais la disponibilité comprend aussi des facteurs comme le type de nourriture et surtout la balance en protéines, en énergie et en micronutriments (vitamines, par exemple). Recevoir de donneurs seulement des céréales ne pourraient probablement pas adéquatement satisfaire cette disponibilité.

Une fois disponible, l’accès devient un facteur important pour la population. Les régions rurales et urbaines peuvent ne pas avoir le même accès. Si la production est locale, ces communautés auront un accès plus rapide à ces aliments. Cependant, les apports peuvent être limités aux niveaux protéinés ou céréaliers, selon les types de cultures. Il faudra donc un accès à d’autres aliments afin de comble les demandes alimentaires saines en protéines, énergie et microéléments. Dans les centres urbains, l’accès va dépendre des centres de distribution.  Ceux-ci peuvent être dans des épiceries locales ou de quartier ou dans des centres spécifiques selon le type de système de distribution ou en temps de crise d’insécurité. L’accès dépendra aussi du statut économique des gens, de leur emploi, genre et conditions de santé. Les personnes avec des handicaps qui n’ont pas un appui de personne pour les aider peuvent faire face à des plus grandes barrières physiques et même économiques pour accéder à une nourriture saine.

La stabilité de la chaine alimentaire peut devenir précaire à tous les stades car elle comprend la volatilité des prix des aliments et la stabilité des marchés locaux et mondiaux. Ces deux aspects peuvent être affectés par les variations climatiques annuelles, les infestations des cultures, les conflits entre pays, l’influence des grandes corporations et même les conditions d’entreposage. Ainsi, la disponibilité et l’accès peuvent paraitre à un niveau satisfaisant au niveau mondial, mais pour un pays en développement avec peu de moyens, la stabilité des marchés peut devenir trop précaire pour satisfaire les besoins de ses communautés, surtout en tant de crise. La stabilité peut aussi affecter directement les gens au niveau personnel. L’augmentation soudaine des prix à l’épicerie peut limiter l’accès et la disponibilité de certains aliments pour les personnes à plus faibles revenus. Souvent dans ces cas, les gens vont acheter les aliments moins chers qui n’ont peu d’apport nutritif adéquat pour une saine alimentation.

Finalement, l’utilisation est un pilier qui est souvent négligé mais toutefois essentiel. Cela inclue par exemple la possibilité de garder les aliments dans un état salubre. Sans l’électricité, les aliments périssables peuvent être perdus rapidement. Sans eau potable, il n’est possiblement pas possible de nettoyer les aliments ou les cuire. Dans plusieurs pays, les aliments sont souvent périmés avant d’être accessible à la population. Cela peut amener des dangers d’empoisonnement, la réduction de la valeur nutritive ou simplement une perte complète. Cela peut aussi inclure la possibilité pour une personne de ne pas avoir assez d’énergie pour préparer les aliments ou simplement le manque d’électricité ou autre source de chaleur pour cuire les aliments.

Il est donc clair que la sécurité alimentaire est plus que de seulement aller à l’épicerie et acheter ce qu’on veut. Dans plusieurs cas, il s’agit d’une survie quotidienne qui peut demander des heures de travail aux champs, de marche au centre de distribution ou de transformation des aliments pour les rendre salubres et mangeables. Dans certains pays comme dans l’Afrique de l’Ouest où l’eau n’est pas toujours disponible localement, on parle de plusieurs kilomètres de marche pour aller chercher l’eau ce qui est fait très souvent par les femmes.

Il est donc important de repenser la fragilité de notre système alimentaire au niveau mondial et même au niveau local surtout quand on doit faire face à des crises comme la pandémie que nous subissons en ce moment. Même au Canada, surtout dans les régions agricoles dont la région de la Niagara en Ontario et la Montérégie au Québec, nous avons réalisé la vulnérabilité de notre production agricole à cause de notre grande dépendance des pays du sud pour la main d’œuvre. Cela démontre que la sécurité alimentaire est l’affaire de tout le monde.

Women and food security / Les femmes et la sécurité alimentaire

Written by: Liette Vasseur


Food security is an aspect that affects everyone. In times of crisis, as during this COVID-19 pandemic, we realize the importance of our food and its availability. But who produced the food? Where does food come from? Few people in industrialized countries think about this. We go to the grocery store as often as we want without thinking too much about the origin or how it is produced. Many do not look at the origin of the food or the price. Have you realized how many products and how much produce comes from less developed countries, some with a high level of food insecurity?

In the early days of the COVID-19 pandemic, we were reminded of the fragility of the national food production system. Suddenly, the fields in production did not have the necessary labour because it comes from southern countries, which were affected by international travel restrictions. The result was that some fields (such as asparagus in southern Ontario) perished in the fields. For farmers, this represented total disastrous yield and economic losses. Unless they liked asparagus, few consumers likely noticed this, however — especially those in urban centres.

If you were to go to the countries where mangoes, bananas, or rice are cultivated, however, you would see many women in the fields. Very often, they carry their infants on their back while weeding the field or harvesting fruits or vegetables. This work is done in addition to making sure that the children and husbands are fed in the morning, the house is cleaned, water is fetched, children are brought to school, and other never-ending tasks related to household work. Women in many of these countries are the caregivers and the person in charge of the household. In South Africa, for instance, two thirds of the labour in agriculture is done by women. In many cases, they also represent the main source of household food and get extra income to secure food availability.

The roles of men and women in agriculture, however, can be quite different. Women are more responsible for the supply of food. They will help in the field, but they generally do not have the right to decide which crop to be grown, nor are they involved in the negotiation with suppliers for intrants such as fertilizers and pesticides. In most of these countries, men tend to own the farmland have the control over it. While the men can use tractors or animals for preparing the fields, women will have hand tools for harvest or buckets to fetch water. In addition, these same women will have to bring meals to the men in the field. Often, these women either don’t have time to eat or there is simply nothing left for them to eat — women tend to be the last to get food in these families. In Bangladesh, for instance, it is expected that in cases of food insecurity, women will eat less in order to give more to the husband and the children. Imagine then, having to continue to do your tasks in the field and at home without food.

As men migrate toward cities to search for work with greater income, women are left alone to deal with all the agricultural production. And since women cannot acquire their own farmland — less than 10% of women are landlords in developing countries (even less than 1% in Bangladesh) — they have limited access to assistance and aid. Their production level, when they have the privilege to own some farmland, is often 10 to 20% lower due to this limited access to services. So, even if women represent a significant part of agricultural production, their roles and importance remain invisible. The United Nations Food and Agriculture Organization report that if women had better access to land, food production could increase by up to 20%, thus reducing food insecurity in many of these countries. Much remains to be done to support these women and better understand the power struggles that they face daily. Food insecurity is higher for them.

Écrit par: Liette Vasseur


La sécurité alimentaire est un aspect qui affecte tout le monde. En temps de crise comme en ce moment avec la pandémie COVID-19, nous réalisons l’importance de nos aliments et leur disponibilité. Mais qui a produit ces aliments? D’où viennent-ils? Peu de personnes dans les pays industrialisés pensent à cela. Nous allons à l’épicerie et ce aussi souvent que nous le voulons sans trop penser à l’origine, la façon dont ces aliments ont été produits et pour certains, même les prix de ces aliments.

La COVID nous a rappelé dans ces débuts de la fragilité du système de production alimentaire national. Soudainement, les champs en production n’avaient pas la main d’œuvre nécessaire car celle-ci vient de pays du sud qui ont été affectés par les restrictions de déplacements internationaux. Le résultat a été que certains champs comme les asperges dans le sud de l’Ontario ont péri dans les champs. Pour les fermiers, cela représentait une perte totale et des déboursés économiques désastreux. Pour les consommateurs, probablement peu ont remarqué surtout dans les centres urbains (ou si on aime bien les asperges).

Mais si vous alliez dans ces pays où l’on cultive des mangues, des bananes ou du riz, vous verriez beaucoup de femmes dans les champs. Très souvent, elles portent leurs bébés sur le dos tout en désherbant le champ ou récoltent des fruits ou des légumes. Ce travail est fait en plus de s’assurer que les enfants et le mari sont nourris le matin et le soir, que la maison est propre, que l’eau est récupérée, que les enfants sont amenés à l’école et que les tâches sans fin liées aux travaux ménagers soient finies avant d’aller se coucher. Dans nombre de ces pays, les femmes sont les dispensatrices de soins et la personne responsable du ménage. En Afrique du Sud, par exemple, les deux tiers de la main-d’œuvre agricole sont effectués par des femmes. Dans de nombreux cas, elles représentent la principale source de nourriture des ménages et obtiennent un revenu supplémentaire pour mieux assurer la disponibilité de la nourriture.

Les rôles des hommes et des femmes dans l’agriculture peuvent toutefois être très différents. Les femmes sont plus responsables de l’approvisionnement alimentaire. Elles aideront sur le terrain, mais elles n’ont généralement pas le droit de décider de la culture à cultiver ou de négocier avec les fournisseurs des intrants tels que les engrais et les pesticides. Dans la plupart de ces pays, les hommes ont tendance à être ceux qui possèdent les terres agricoles, et ils en ont le contrôle et la gestion. Alors que les hommes peuvent utiliser des tracteurs ou des animaux pour préparer le champ, les femmes auront des outils à main pour la récolte ou des seaux pour aller chercher de l’eau. De plus, ces mêmes femmes devront apporter des repas aux hommes sur le terrain. Souvent, soit qu’elles n’ont pas le temps de manger, ou plus rien ne leur reste à manger. Les femmes ont tendance à être la dernière personne à obtenir de la nourriture dans ces familles. Au Bangladesh, on s’attend à ce qu’en cas d’insécurité alimentaire, les femmes mangent moins pour donner plus au mari et aux enfants. Imaginez alors, sans nourriture vous devez aller continuer à faire vos tâches sur le terrain et à la maison.

 

Avec la migration des hommes vers les villes pour aller chercher du travail plus rémunérateur, les femmes sont laissées seules à faire tout le travail agricole. Et comme les femmes ne peuvent pas posséder leurs propres terres agricole – moins de 10% des femmes sont propriétaires dans les pays en développement (encore moins à 1% au Bangladesh) – elles ont un accès limité à l’assistance et à l’aide. Leur niveau de production, lorsqu’elles ont le privilège de posséder des terres agricoles, est souvent inférieur de 10 à 20 % en raison de cet accès limité aux services. Ainsi, même si les femmes représentent une part importante de la production agricole, leurs rôles et leur importance restent invisibles. L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture indique que si les femmes avaient un meilleur accès à la terre, la production alimentaire pourrait augmenter jusqu’à 20 %, réduisant ainsi l’insécurité alimentaire dans bon nombre de ces pays. Il reste beaucoup à faire pour soutenir ces femmes et mieux comprendre les luttes de pouvoir auxquelles elles sont confrontées quotidiennement. L’insécurité alimentaire est plus élevée pour eux.

 

 

Phases of this research project

  1. Collection of secondary data (desk review) on the impacts of the emergency measures
  2. Field data collection from interviews
  3. Participatory activities for co-construction of knowledge
  4. Data analyses
  5. Validation and data sharing and strategic engagement
  6. Final report, article publication and dissemination

At least 200 people, including farmers, trade people and local leaders, will participate in the interviews and a minimum of 48 people will be involved in participatory analysis activities in the four research areas in Burkina Faso and Senegal.

Several influential and allied stakeholders supporting the cause of women in food security will be identified and involved in the project and analysis workshops, with a view of making a difference in the medium to long term. These stakeholders approached include people from ministries and their statistics and planning offices responsible for agriculture, gender and women, development and rural planning, national and regional networks of peasant and/or women’s organizations, academic institutions, key national programs related to these sectors, multilateral institutions such as FAO, UN Women, ECOWAS; local authorities (town halls or rural municipalities), territorial administrations (governors, prefectures, sub-prefectures) that have played an important role in the fight against the pandemic, etc.

Etapes du projet de recherche

  1. Collecte de données secondaires (desk review) sur l’impact de/et les mesures de riposte à la pandémie
  2. La collecte de données primaires
  3. Activités participatives de co-construction de données,
  4. Analyse de données
  5. Validation/partage des résultats et engagement stratégique
  6. Rapport final et influence

Au minimum et pour les deux pays, 200 personnes parmi les agriculteurs-trices, commerçant-e-s et leaders locaux participeront aux entrevues et un minimum de 48 personnes seront impliqué-e-s dans des activités d’analyse participative dans les 4 zones de recherche au Burkina Faso et au Sénégal.

Plusieurs acteurs-trices influent-e-s et allié-e-s à la cause des femmes en sécurité alimentaire seront identifié-e-s et impliqué-e-s dans le projet et dans les ateliers d’analyse, en vue de faire une différence à moyen-long terme. Il s’agirait des personnes en provenance notamment des ministères en charge de l’agriculture, du genre et de la femme, de la planification du développement; des confédérations nationales et régionales d’organisations paysannes et /ou de femmes; des institutions académiques, des organes en charge des statistiques et de la planification dans les ministères ciblés, des programmes nationaux clés en rapport avec ces secteurs, des institutions multilatérales mandataires comme la FAO, ONU femmes, CEDEAO; des collectivités territoriales (mairies ou communes rurales), administrations territoriales (gouverneurs, préfectures, sous-préfectures) qui ont joué un rôle important dans la lutte contre la pandémie etc.